Je m’appelle Jean, j’ai 24 ans, je suis mari√© √† Line depuis 4 ans. Nous nous connaissons depuis l’age de 12 ans et nous nous aimons beaucoup.

Line est une tr√®s belle femme, pas tr√®s grande, mais mince avec de tr√®s beaux petits seins et un cul sublime. Nous avons d√©couvert l’amour ensemble et je suis le seul homme √† l’avoir p√©n√©tr√© m√™me si je sais qu’avant que nous sortions ensemble elle avait suc√© quelques copains. De mon cot√©, j’ai eu une aventure avec une copine avant que Line et moi ne soyons ensemble. J’avais aussi eu des relations adolescentes avec deux ou trois copains ou nous nous branlions ensemble, voir l’un l’autre et m√™me une ou deux fellations. Je suis physiquement un ¬ę¬†petit format¬†¬Ľ mesurant √† peine 1m60 pour 60 kilos et on me trouve plut√īt mignon avec mes yeux bleus. Je dois aussi avouer que la taille de mon sexe est proportionn√©e au reste : 12 cm en √©rection. Nous n’avons pas d’enfants et habitons en r√©gion parisienne.

J’ai chang√© de soci√©t√© il y a 1 an pour d√©buter comme technico-commercial dans le secteur agroalimentaire. Apr√®s 2 semaines de formation th√©orique, je suis parti sur le terrain en ¬ę¬†bin√īme¬†¬Ľ avec mon chef de secteur.

Hakim est un Franco-Marocain de 42 ans, plut√īt bel homme, les traits assez bruts et le teint cuivr√©. Il est tr√®s viril mais aussi tr√®s sympa. Il m’a pris sous son aile et nous somme partis pour une semaine dans le sud-ouest. Pour limiter les frais, Hakim avait propos√© que nous prenions une chambre avec deux lits et apr√®s avoir d√ģner nous sommes mont√©s nous coucher. J’√©tais en cale√ßon lorsque Hakim est sorti de la salle de bain, nu, le torse velu, les √©paules larges et surtout un sexe imposant qui au repos √©tait plus gros que le mien en √©rection. Je fixais ce membre sans dire un mot et Hakim s’approcha de moi. J’√©tais comme hypnotis√©. Sans un mot, je tendis la main pour le toucher. Hakim me dit d’un seul coup :
– Elle te plait ? Touche-la.
Je lui caressais doucement la verge qui se mit aussit√īt √† grossir. Je me retrouvais comme lorsque adolescent je d√©couvrais les sexes de mes camarades et j’√©tais attir√© par ce membre imposant comme je l’avais √©t√© √† 16 ans par celui de mes copains. La queue d’Hakim √©tait maintenant dure et grosse sous mes yeux. Lorsqu’il mit sa main derri√®re ma t√™te pour me faire approcher de son membre, j’ouvris la bouche alors qu’il me disait :
– Je vois qu’elle te fait envie, suce l√† bien.
Je me mis √† sucer cette queue et j’aimais √ßa. J’avais envie de lui faire plaisir et qu’elle coule dans ma gorge. Assez vite, Hakim se mit √† me tenir la t√™te et √† me baiser la bouche. Il jouit brusquement en se crispant au fond de ma bouche et j’eus soudain le palais plein de son jus. J’avalais tout son sperme. C’√©tait la premi√®re fois que je faisais √ßa et je trouvais √ßa d√©licieux.

Je bandais dans mon caleçon et Hakim me dit :
– Branle-toi.
Je me mis nu et allong√© sur le lit je me branlais pendant qu’Hakim me regardait avec un sourire goguenard devant la taille de mon engin. Je jouis tr√®s vite dans ma main et Hakim dit encore :
РLèche ton sperme.
J’ob√©is et une fois ma main propre, il me flatta la t√™te en disant :
– Je suis sur qu’on va faire du bon travail ensemble‚Ķ
Je me sentais √† la fois humili√© et encore excit√© par tout ce qui venait de se passer et j’eus du mal √† m’endormir.
Tous les autres soirs de la semaine, la chose se reproduisit. J’aimais de plus en plus sucer Hakim. J’aimais la fa√ßon qu’il avait de m’humilier, de me faire sentir que j’√©tais √† son service sexuel. Jamais il ne s’occupait de ma queue. Je devais me branler tout seul et m√™me un soir il m’a ordonn√© de faire √ßa dans la salle de bain parce qu’il voulait se coucher et j’ai ob√©i. En dehors de √ßa, le travail se passait bien, Hakim √©tait un tr√®s bon formateur et j’apprenais vite et bien.

En rentrant le vendredi soir, j’√©tais heureux de retrouver Line et je lui fis l’amour comme un fou avec en t√™te les images de la semaine √©coul√©e. Line √©tait heureuse de mon enthousiasme, mais je n’osais pas lui en raconter l’origine.

La semaine suivante, nous sommes repartis ensemble dans la r√©gion nantaise et encore une fois nous n’avons pris qu’une chambre. Le premier soir de cette semaine, Hakim me fit mettre en 69 pour le sucer sur le lit. Ce n’√©tait pas pour s’occuper de mon sexe, mais pendant que j’avalais son √©norme queue avec avidit√©, il commen√ßa √† me caresser l’anus puis √† le p√©n√©trer d’un doigt. Jamais dans mon adolescence nous n’avions √©t√© aussi loin et Line non plus n’avait jamais tent√© cette caresse. Il faut dire que moi non plus je n’avais jamais essay√© cela avec elle.

Je trouvais tr√®s excitant ce que me faisait Hakim et ma petite queue √©tait dure √† m’en faire mal. Il sortit son doigt pour mettre une substance humide sur ma rosette et plongea ensuite deux doigts au fond de mon cul. Mon anus s’ouvrait tout seul avec le gel (je ne savais m√™me pas que √ßa existait) et mon tourmenteur se mit √† me fouiller profond√©ment. Je fut oblig√© d’abandonner son sexe pour g√©mir et je me mis inconsciemment √† remuer mon cul.
Hakim se releva et dit :
– Je vais t’enculer comme une salope.
Je ne dis rien, soumis √† cette queue qui allait me prendre. Jamais je n’aurais pens√© avoir des tendances homosexuelles car mes fantasmes ne m’avaient jamais entra√ģn√© sur cette voie, mais je me positionnais sur le lit en levrette, fesses tendues et impatientes d’√™tre pourfendues.
Il remit du gel sur mon trou puis positionna sa verge √† l’entr√©e de mon orifice.
– Recule doucement.
Je lui ob√©is et je sentis soudain mon anus s’ouvrir sous la pouss√©e. Il √©tait gros, tr√®s gros. Je for√ßais un peu et d’un seul coup le gland passa mon anneau. Je criais sous le coup car la douleur √©tait bien pr√©sente, mais il m’agrippa les fesses et m’emp√™cha de me retirer. Il ne bougeait pas. Laissant mon cul se faire √† cette intromission. La douleur disparue petit √† petit et je me mis √† bouger doucement. Comprenant le ¬ę¬†message¬†¬Ľ, Hakim se mit √† son tour √† bouger puis rapidement √† me d√©foncer le cul. Hakim faisait des commentaires obsc√®nes sur ma qualit√© de petit P√©d√© qui aimait se faire farcir l’oignon par des grosses bites et autres insultes qui ne faisaient que m’exciter encore plus. J’√©jaculais sur le drap pendant qu’il se d√©versait dans mon conduit. En sortant de la douche, je le trouvais d√©j√† endormi.

Le reste de la semaine il alterna entre l’utilisation de ma bouche et de mon cul. En dehors de ces moments l√†, il √©tait un compagnon tr√®s agr√©able, intelligent, dr√īle, cultiv√© et tr√®s bon p√©dagogue. J’apprenais vite et il me dit que bient√īt je pourrais partir seul sur les routes.

Le soir, au moment du coucher, il changeait pour devenir un macho qui se vidait les couilles dans le cul ou la bouche d’une ¬ę¬†bonne petite salope¬†¬Ľ comme il le disait. Aucun moment de tendresse ou de consid√©ration pour moi. Il n’y avait rien de sentimental, juste du sexuel et je trouvais √ßa encore plus excitant.

Pendant 2 mois, il y eut alternance de semaines seul et de semaines √† deux. Lors des semaines o√Ļ Hakim √©tait l√†, j’√©tais de plus en plus soumis et j’aimais la mani√®re dont il se servait de moi.

Un soir, alors qu’apr√®s avoir pris une douche je m’appr√™tais √† me coucher, Hakim me dit :
– Il faut que tu me pr√©sentes ta femme. Invite-moi √† d√ģner samedi soir.
Puis il éteint la lampe et je ne sus quoi lui répondre.

Je n’√©tais d√©j√† plus capable de m’opposer √† lui et j’appelais Line le lendemain pour la pr√©venir.

Le samedi soir, Line avait tout pr√©par√© pour le mieux. Dans son esprit, elle recevait le responsable de son mari et tenait √† faire la meilleure impression possible en esp√©rant que √ßa ferait du bien √† ma carri√®re. Je n’avais pas pu lui avouer la relation particuli√®re que j’avais avec Hakim.

Hakim arriva avec un superbe bouquet de fleur pour Line et deux bouteilles de très bon vin. Il était extrêmement élégant dans un costume noir. Line était très impressionnée et ravie par le bouquet. Elle voulut nous proposer un apéritif, mais Hakim prit tout de suite les choses en main en disant :
– Je suis venu pour faire votre connaissance, c’est Jean qui va nous servir √† boire.
Il prit Line par la main et la guida vers le canap√© o√Ļ il s’assit avec elle. N’osant rien dire, je m’occupais de tout et pendant le repas c’est encore moi qui fit tout le service.

Hakim √©tait aux petits soins pour Line et jamais je n’avais vu ma femme aussi d√©tendue avec un inconnu. Il lui faisait du charme et en m√™me temps m’ordonnait de les servir avec des mots claquants. Je ne pouvais rien faire d’autre qu’ob√©ir et je voyais bien que Line me regardait d’un dr√īle d’air lorsque je partais dans la cuisine chercher le plat suivant. Les deux bouteilles de vin favorisaient s√Ľrement la gaiet√© de Line, car elle riait de bon cŇďur aux propos d’Hakim et vers la fin du repas il lui glissait des mots dans le creux de l’oreille et elle √©clatait de rire en me regardant.

Lorsqu’ils pass√®rent au salon pour le digestif, Line √©tait d√©j√† bien gaie. Je voulais intervenir pour qu’elle aille se coucher avant que les choses n’empirent, mais apr√®s leur avoir servi un cognac, Hakim m’ordonn√Ęt de d√©barrasser la table et de ne ressortir de la cuisine que lorsque toute la vaisselle aurait √©t√© lav√©e.

Une fois de plus, je n’osais rien dire et je battis en retraite sous le regard amus√© de Line. Il me fallut un quart d’heure pour ranger la table et remplir le lave vaisselle. Pendant ce temps l√†, j’entendais des gloussements dans le salon et j’√©tais vraiment press√© de revenir voir ce qui se passait.

Lorsque je rentrais dans le salon, Hakim avait sorti son sexe et Line √©tait pench√©e sur lui en train de le sucer. Cette vision m’arr√™ta √† la porte. Je ne pouvais y croire. Ma ch√®re Line, si prude, en train de sucer la queue d’un autre alors m√™me que j’√©tais l√†. Hakim m’apostropha durement :
– Tu as fait toute la vaisselle ?
– J’ai tout mis dans la machine oui.
– Je ne t’ai pas dit de remplir la machine mais de faire la vaisselle √† la main. Ob√©is plus vite que √ßa.
Line avait relev√© la t√™te, interrompant sa fellation pour voir ce que j’allais dire et faire. Je les regardais tous les deux, mais devant le regard noir d’Hakim je pliais de nouveau et repartis vers la cuisine.

Tout en faisant la vaisselle, j’essayais d’entendre ce qui se passait dans le salon, mais seuls quelques bruits assourdis me parvenais.

Lorsque je revins dans le salon, Line √©tait √† 4 pattes sur le canap√© d√©pli√© pendant qu’Hakim la besognait de sa grosse bite. Line √©tait √©bouriff√©e, elle g√©missait comme je ne l’avais jamais entendue faire. Hakim me vit entrer et dit :
РMets-toi à poil Cocu et viens te faire sucer par ta femme.
Je me mis aussit√īt nu et j’approchais ma queue durcie de la bouche de Line. Elle releva la t√™te et en me regardant droit dans yeux elle prit ma queue dans sa bouche. J’√©jaculais aussit√īt et Hakim se lib√©ra aussi dans le sexe de Line.

Une fois la tension sexuelle un peu retombée. Line se lova contre moi en murmurant :
– Tu ne m’avais pas dit que tu avais un patron aussi viril petit cochon…
Je ne sut quoi lui r√©pondre. Elle m’embrassa puis me dit en s’allongeant sur le dos, cuisses √©cart√©es :
– Viens me nettoyer la chatte.
Je regardais son sexe ouvert, luisant de jus dont un filet blanc s’√©chappait. Je plongeais alors et me mis √† aspirer et l√©cher le jus de ma femme et de mon amant qui √©tait maintenant le sien.

Hakim nous regardait pendant ce temps l√† et lorsque j’eus fini, il nous ordonna √† tous les deux de venir lui nettoyer la queue. Je me retrouvais √† 4 pattes d’un cot√© d’Hakim pendant que Line √©tait dans la m√™me position de l’autre cot√© et nous nous m√ģmes √† parcourir la bite d’Hakim de nos deux langues. Nous nous embrassions avec la pine entre nous et, sous ce traitement, Hakim se remit √† bander rapidement. Line √©tait tr√®s excit√©e de me voir sucer cette grosse queue et au bout d’un moment elle se mit √† se caresser en me regardant. Elle dit soudain √† Hakim :
РEncule-le devant moi, je veux voir ça.
Hakim lui caressa les seins et dit :
– Je veux bien, mais √† une condition : Je t’encule aussi apr√®s.
Line n’h√©sita pas une seconde :
– Oui d’accord, moi aussi je veux √™tre ta petite salope encul√©e.
Je n’en revenais pas. Line qui avait toujours √©t√© tr√®s r√©ticente √† ce que j’aventure ne serait-ce que ma langue de ce cot√© l√† offrait sans probl√®me √† notre amant le tr√©sor entre ses fesses.

Hakim me positionna comme il aimait, et demanda √† Line de venir me sucer par en dessous. Comme √ßa elle verrait bien la grosse bite me d√©foncer ! J’√©tais excit√© comme tout √† l’id√©e d’√™tre pris par mon amant devant ma femme et je sentais bien que Line √©tait aussi tr√®s excit√©e par cette id√©e.

Hakim se positionna et m’enfila le cul d’un seul coup. Mon sphincter √©tait maintenant habitu√© aux p√©n√©trations vigoureuses et je ne poussais qu’un petit cri lorsqu’il for√ßa mon anneau. Je tendais mon cul en arri√®re pour bien me faire mettre. Line et Hakim faisaient des commentaires humiliants sur mon cul de p√©d√© et comme quoi je bandais en me faisant d√©foncer la rondelle. Je jouis tr√®s vite dans la bouche de Line.
Apr√®s m’avoir pris pendant 10 minutes, Hakim ressortit de mon cul et demanda, ou plut√īt ordonna, √† Line de lui sucer la queue. Elle ne broncha pas et vint de suite sucer la queue qui sortait de mon cul. Ensuite il la fit placer dans la m√™me position que moi, en levrette, cul offert. Il fut tr√®s d√©licat comme avec moi la premi√®re fois. Il lui massa l’anneau avec du gel et prit son temps pour habituer le cul de ma femme √† recevoir sa queue. Il me demanda de bien lui √©carter les fesses et approcha sa queue.
– Tu me donne ton cul Line ?
– Oui
– Oui quoi ?
– Oui je te donne mon cul.
– Tu veux que je t’encule ?
– Oui vas-y.
– Vas-y quoi ?
Line h√©sit√Ęt puis dit :
– Encule-moi. Prends-moi par le cul.
Il s’enfon√ßa doucement mais fermement dans le cul de ma femme qui g√©mit sous l’intromission puis cria lorsqu’il fut bien au fond. Il s’arr√™ta pour laisser √† l’anus de Line le temps de s’habituer mais rapidement c’est Line qui se mit √† remuer pour s’empaler sur la queue qui lui perforait le cul. Elle g√©missait et haletait en disant des mots orduriers.
– Oui, c’est bon d√©fonce-moi le cul. Je suis une salope vas-y, encule-moi comme une pute.
Hakim se mit √† la pistonner de son mieux et je me rendis compte que ma ch√®re et tendre √©pouse aimait comme moi se faire d√©foncer le cul. Hakim me fit mettre √† cot√© de Line dans la m√™me position et sortit du cul de ma femme pour m’enfoncer aussit√īt. Il fit quelques aller-retour dans mon anus puis repassa dans le cul de Line. Il alternat ses p√©n√©trations en nous traitant de bonnes petites salopes et il finit par jouir dans le cul de Line. Nous √©tions tous les trois √©puis√©s allong√©s sur le canap√©. Hakim se leva et dit :
– Vous √™tes deux petites encul√©es. Mais puisque c’est moi qui ai pris ton cul Line, d√©sormais il m’appartient et je t’interdis de te faire enculer par Jean.
Elle me regarda dans les yeux et dit :
– Oui mon cul t’appartient comme celui de Jean.
– Bon c’est pas tout √ßa mes petites salopes, il faut que je rentre.
Nous l’avons regard√© se rhabiller et lorsqu’il fut pr√™t √† partir, il me flatta la t√™te comme √† une bonne chienne, embrassa Line d’une pelle longue et intense puis partit en disant :
– A lundi Jean.

Line vint se blottir dans mes bras et nous nous sommes embrassé tendrement. Elle me dit :
– Moi aussi maintenant je suis une petite salope. Tu ne m’en veux pas ?
– Non, je t’adore. Et toi tu ne m’en veux pas de l’avoir invit√© ?
– Oh ! Non, jamais je n’avais joui comme √ßa. Et te voir te faire enculer m’a excit√© comme jamais.
Elle se caressait encore la chatte et je rebandais. Nous avons fait l’amour tranquillement, doucement, tendrement et nous avons jouis ensemble avant de nous endormir dans les bras l’un de l’autre.

Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
udemy free download
download redmi firmware
Download Nulled WordPress Themes
free download udemy course

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *