Comment fêter la Saint Valentin par Némée

Un compte rendu de Némée, venue en Février 2020. Merci à Elle et à Lui pour ce magnifique récit. Je le trouve très instructif car vous pouvez lire combien le rapport entre une Soumise et son Maître est important. Combien il faut penser à toujours laisser, lors d’une pluralité, la possibilité pour la soumise de pouvoir, où qu’elle soit et quelle que soit sa position, voir d’un coup d’oeil le regard de son Maître.

Bonne lecture.

Z.

Je me replis dans ma coquille.
Malgré mon air toujours confiant, je suis une vraie timide.
« _C’est V/votre première fois ici ?
_Oui
_C’est V/votre première dans un endroit libertin ?
_Non »
Dans ma tête (Vous rigolez, c’est moi qui l’ai amené vers ce milieu…)
Ceci dit je ne fais pas la maligne.

Dimitri, N/notre hôte est très gentil. Il N/nous présente la structure.
C’est un petit lieu, il y a du monde.
Agoraphobie grrrr
Je stress, je me dirige vers la salle de bain.
Je respire.

Un homme me parle.
Je suis uniquement vêtue de mon corset, mes bas et mes escarpins.
Dimitri me complimente et N/nous propose de descendre voir les installations tant que c’est calme.
Il a bien raison ça me détendra un peu.

Oh punaise, je descends et je découvre plusieurs structures correspondant à des fantasmes.

Une slave boxe.
Un endroit ou juste les fesses sont à disposition, on ne voit pas qui nous baise.
Vous le savez on en a déjà parler ça m’excite, mais uniquement si Vous avez le contrôle.

J’aime ce qui est scénarisé.
Vous aviez prévu cette soirée, je suis flattée, je suis excitée.
N/nous remontons, mais en fait je ne veux pas rester là en haut a discuter.
Je ne suis pas du genre à palabrer avant, ça me coupe toutes mes envies.
Je veux descendre, je veux commencer.
Je Vous le dis, alors Nous descendons et ça commence à faire dix milles tours dans ma tête.

Il y a le banc de fessées. Vous utilisez le matériel des lieux.
J’ai encore mal de la séance de la semaine dernière, mes fesses sont sensibles.
Mais je sens la chaleur montée, je commence à ne plus contrôler mon cerveau part à mille à l’heure.
Je les vois, ils me regarde, ils N/nous regarde.
Ils commencent à me toucher.
Je ne peux pas rester là comme ça.
Je veux aller dans la slave boxe, elle est là et j’en rêve depuis tellement longtemps.

Vous m’y conduisez, pas simple de s’y installer.
Il n’y a plus que mes fesses et mon sexe qui dépassent.
Le bal des mecs commence.
Ça n’a rien a voir avec ce que j’ai pu vivre précédemment.
Vous les regardez, ça Vous excite, et je sens une pointe de fierté.
Je Vous connais, ils me baisent mais je suis à Vous et Vous savez que je reviendrai toujours vers Vous.
Les hommes tiennent le coup, ils sont vigilants à mon plaisir.
Ils se passent le relais.
Je les entends me traiter de salope.
Avec un grand « S » s’il vous plait.
Ils veulent changer de positions.
Je descends, je me retrouve sur le matelas.
Les queues défilent, dans ma bouche, ma chatte, mon cul.
Les règles sont fixées, personnes ne cherche à les transgresser.
Vous parlez de doubles.
Il n’a pas fallu le dire deux fois.
Je me revois encore maintenant, un en dessous, un derrière, une queue dans ma bouche.
Oh le putain de GANG BANG, j’en avais jamais vécu un comme celui-là.
J’ai comme la tête qui tourne, en fait je plane, mais c’est différent d’une séance.
Je n’ai pas la notion du temps.
Je prends un pied monumental.
Je Vous cherche, je prends Votre main, j’ai Votre aval.
Je vois Votre sourire.

La soif me fait m’arrêter.
Il n’y a plus que N/nous et les hommes. Les 3 autres couples sont partis.
Je n’ai aucune conscience de ce qui a gravité autour de mon cercle, ma bulle, mon moment de plaisir.
Vous avez organisé un Gang bang pour moi…
J’adore comme définition de la Saint Valentin ça me va très bien.
Loin des conventions.

Dimitri a un petit objet à Vous faire tester.
Il veut que je craque.
Vous m’attachez à la croix, il commence à utiliser cet objet absolument délicieux.
Mes jambes tremblent, mais je ne craquerai pas.
Je suis dans le défi comme tout le temps…
Vous prenez le relais.
Je vais craquer, mais je résiste.
Vous connaissez ma faiblesse
En plus de l’objet en question sur mon clitoris, Vos doigts pénètrent.
Je succombe, je tombe.
Vous me détachez.
Vous n’en n’avez pas fini.
Non je n’ai pas giclé et ça Vous gêne.
Votre main entre en moi.
Le matelas est souillé.
Je suis vaincu par KO.
Oh quelle soirée.
Je plane, je souris je suis bien tellement bien.
Je plane encore et encore, mon sommeil est un film….
Je me réveille
Je sais que Vous êtes réveillé.
J’ai envie de Vous sentir en moi.
Je veux une sodomie.

Laissez un commentaire