B comme Bukkake : Dictionnaire amoureux de l’organisation

Quand ça fait splash, slurp, gokkunnez moi tout ça..

Quand une femme te contacte, ou son mari et qu’il te dit : « ma femme adore par dessus tout le foutre, la semence, le sperme, le blanc, le liquide Ă©pais. Qu’importe la bite pourvu que la rasade soit gĂ©nĂ©reuse, qu’elle puisse en donner encore et encore, c’est un truc fou qui arrive dans ton cerveau d’organisateur.

Donc tu te démènes pour alerter tous les hommes qui apprécient cette pratique qui est quand même hors-normes.

Tu as des afficionados, des puristes, Ă  la japonaise (aucun contact de « peau Ă  peau » n’est admis, la femme qui vient est juste un rĂ©ceptacle) ou d’autres Ă  l’europĂ©enne oĂą la sĂ©ance de bukkake dĂ©bute gĂ©nĂ©ralement pas des sĂ©ries de fellations Ă  la chaĂ®ne puis se terminer par des Ă©jaculations sur, gĂ©nĂ©ralement le visage de la dame demandeuse mais pas obligatoirement non plus. Nous avons dĂ©jĂ  eu le plaisir d’organiser des bukkakes sur poitrine, sur fesses, sur minou (tu prends un chat errant et tu le…) ou sur des pieds ou dans un saladier, sur un miroir qui est ensuite goulĂ»ment essuyĂ© par la langue gourmande de la miss..

Et tu as, je le dĂ©plore (mais tous les goĂ»ts sont dans la nature), des hommes pour qui l’acte sexuel sans pĂ©nĂ©tration n’est pas un acte sexuel. Je trouve cela dommage car notre richesse sexuelle ne s’arrĂŞte pas seulement Ă  la pĂ©nĂ©tration. (c’Ă©tait la partie militante de cet article)

de Azia, une superbe africaine qui mesurait son sex-appeal au nombre d’Ă©jacs reçues sur sa poitrine Ă  Titia, femme folle de gokkun et Ă  qui, quel que soit le nombre d’hommes que nous pourrions lui trouver,  ben y’en a jamais assez ou alors Carla, adorant les dĂ©fis et qui adorait sortir de son bukkake le visage enspermĂ© pour aller acheter elle mĂŞme le sopalin devant un Ă©picier marocain hĂ©bĂ©tĂ© devant cette belle blonde au visage si blanc, en passant par des centaines d’autres femmes, depuis 10 ans, jamais nous n’avions autant organisĂ© de bukkakes et de gokkuns.

Cette spĂ©cialitĂ© japonaise, Ă  la base crĂ©ee pour humilier les hommes et femmes adultères (une sorte de lapidation Ă  base de foutre) est devenue en quelques annĂ©es une pratique très populaire aussi bien dans le porno (on vient de lancer notre boĂ®te de prod : Bukkake-Factory, c’est dire) que chez les libertins ou non libertins.

Bref, si vous n’avez jamais testĂ©, jamais essayĂ©, que les jeux de sperme vous tentent, venez nous rendre visite.

Laissez un commentaire