Marina, 2eme fois et toujours aussi intense

Bravo Ă  vous messieurs pour le gang bang de Marina et votre participation plus qu’active.

Voici son compte rendu, qu’elle a du Ă©crire, une main sur le clavier, une main dans la culotte (je vous invite Ă  faire de mĂŞme).

Marina – 14 juin 2019

Ce 14 juin est le jour oĂą je me glisse dans la peau de Marina, une
expérience déjà vécue il y a quelques mois et qui m’avait laissée
autant comblée qu’animée d’une furieuse envie de recommencer. Mais le
temps passe vite, les contraintes du quotidien sont nombreuses et il
m’aura fallu plus de 3 mois pour réaliser ce projet. Cette fois ci le
rendez-vous a lieu un vendredi après-midi.
Le trajet jusqu’à  la Porte de Bagnolet me permet d’opérer ma
transformation mentale. Ce n’est pas difficile,  la mise en ligne de
l’agenda avec « mon évènement »  sur le site de Gangbandhard m’avait
terriblement excitée.
Mais .. Dans quel état second ai-je donc quitté la Factory la dernière
fois pour que ce 14 juin je ne reconnaisse plus les lieux ?!!
Cela vaut pour l’extérieur, car une fois accueillie par Z, et
introduite dans son antre, tout me revient à l’esprit.
Je n’ai pas le fantasme du parking, la crainte d’être surprise bride
mon plaisir. Pour  m’Ă©panouir, il me faut la sĂ©curité  d’un lieu dĂ©diĂ©
au plaisir, d’un lieu où je pourrai hurler de plaisir autant que je le
souhaite, autant que j’en ai besoin. La Factory est parfaite pour
cela.

Mais pour l’heure c’est le calme avant la tempête, à se demander si
ces messieurs sont bien présents au rendez-vous. Une fraise à la
chantilly comme introduction au plaisir et me voici prĂŞte Ă  descendre
pour les rejoindre. Mon amant m’attend parmi la « meute ». C’était mon
souhait et le sien.

Je descends donc l’escalier les yeux grand ouverts. Cette fois-ci, je
veux les voir, profiter visuellement du moment. Je m’y sens prête,
pourtant j’avoue que la timidité me submerge quand le lourd rideau
rouge  s’ouvre pour découvrir ce « mur » d´hommes nus et en érection.
Trop intimidĂ©e, je n’ai pas pu « jouer » de ce moment. Pourtant,
Messieurs qui Ă©tiez lĂ  ce 14 juin et qui lisez le compte-rendu rendu,
sachez que vous Ă©tiez magnifiques, ainsi au garde Ă  vous, et que ce
spectacle hantera longtemps mes plaisirs solitaires. ..Mon bel amant
ne s’y est pas trompé en imaginant cet accueil viril.

J’avais indiquĂ© vouloir ĂŞtre leur poupĂ©e sexuelle et c’est ce qui
arrivĂ©. Très vite, les grands garçons me dĂ©shabillent pour s’adonner Ă 
leurs jeux sur moi.
C’est là que s’arrête ma lucidité. Car pour le reste, et comme la
première fois, je ne saurais restituer l’enchaînement des ébats étapes
par étape. Je confesse une certaine fierté à avoir essayé pleins
d’ateliers, je me sens un peu comme une bonne élève qui aurait réussi
la plupart des Ă©preuves du bac -:)
Chaise de gynĂ©co +Glory Hole inversĂ© +ce petit meuble que j’aime
beaucoup et oĂą j’Ă©tais installĂ©e Ă  4 pattes,  mais surtout la slave
box ! VoilĂ  15 jours que je regardais cet objet /meuble avec
circonspection, curieuse du récit qu’en ferait Aria, son
inauguratrice. Oserais-je y aller? La question ne s’est plus posée ce
jour-lĂ . Il est Ă©vident que cette boite Ă  objet sexuel Ă©tait faite
pour moi !! Les sensations (autant mentales que physiques)  furent
incroyables. Mesdames qui lisez ce récit, osez !

Pourtant l’atelier qui me marquera le plus n’est pas celui-là. Dans
l’esprit pervers de mon amant, une idée, bâtie sur nos expériences à
deux a germĂ©… Il s’assoit sur une sorte de petit tabouret, jambes
écartées, et je me retrouve à quatre pattes obéissant aux ordres de
mon maĂ®tre -amant, pour aller lui lĂ©cher les couilles… c’est ce
qu’on appelle la marche de la chienne, non? Quelques minutes plus
tard, il m’intime l’ordre de recommencer pour aller satisfaire un
autre des convives (qui en a eu l’air très content). Et puis il y a eu
cette figure improvisée. Mon amant et un complice me  portant en
balançoire pour qu’un de leurs acolytes vienne me prendre. Merci à mon
bel amant pour cette surdose de plaisir.
Bref que du plaisir terminé par un bukkake comme il se doit.
Un seul petit regret. J’ai trouvé mon corps un peu moins en forme que
j’aurais aimé et cela a conduit à écourter certaines positions  (pas
assez dormi la veille sans doute). Un bon prétexte pour recommencer !
Tout de même, cela ne m’a pas empêchée de puiser ma dose de plaisir,
de couler comme une chienne et d’hurler Ă  m’en Ă©railler la voix.
J’espère avoir satisfait ces messieurs que je remercie
chaleureusement, vous Ă©tiez parfaits !

Je profite de ce compte rendu pour répondre à E., qui m’a demandé ce
que cela me faisait, en tant que femme, de me préparer à un tel
projet. Ma réponse : cela me donne le vertige…le vertige qui précède
un grand saut, et permet cette formidable poussée d’adrénaline qui
précède un grand bien être.
Bref, Merci Z – 🙂

Marina

Un commentaire

  • Fab Reply

    Magnifique vertige en effet, qui donne envie de tenir encore mille garde à vous ! Et tes jambes bien écartées aussi.

Laissez un commentaire