Allons y franco,

 

Le sexe et l’argent ne font pas bon ménage.

Comme mis sur le titre, les amalgames sont légion malheureusement.

Être dans un pays de tradition judéo-chrétienne ne facilite pas la tache pour un organisateur de soirées libertines.

 

Je vais donc répondre une fois pour toutes, quitte à faire doublon aux questions et doutes légitimes que tout participant(e) à mes soirées peut avoir.

Au départ simple loisir gratuit, mes soirées au fil du temps sont devenues professionnelles et légales et donc payantes.

J’en ai fait mon métier.

Ce métier, je l’adore, je le respecte et comme tout bon entrepreneur je veille à ce que mes services soient plaisants.

J’ai donc crée une société dédiée uniquement à ces activités.

Après consultation de deux cabinets d’avocats, j’ai eu la confirmation qu’organiser des soirées libertines payantes n’est pas illégal.

Moralement parlant c’est autre chose..

Mais un gang bang, gratuit ou payant est de toute façon moralement répréhensible (mariage, religion etc)

On peut sur plusieurs points surtout juridiques, me considérer comme un club échangiste.

A la différence près que je ne vends pas d’alcool, que je n’ai pas de lieu fixe où organiser mes soirées, mais surtout, j’organise sur mesure et à la demande.

Couples et femmes seules :

En venant dans mes soirées, vous acceptez de fait que celles ci soient payantes, même si parfois, moi je vous invite.

Cela ne signifie pas que je vous prostitue ou que je gagne de l’argent sur votre dos.  

J’organise une pluralité masculine pour vous, c’est du sur mesure. 

Organiser sur mesure justement exige beaucoup de temps, d’argent et de connaissances.

Mulitipliez cela par environ 100 soirées à l’année et vous comprendrez que ce n’est pas tenable humainement et materiellement parlant.

Si toutefois, vous ne souhaitez qu’aucun homme n’ait à fournir de participation financière, ce sera à vous de prendre en charge les frais de cette organisation.

Si vous pensez en votre âme et conscience, que l’on ne doit pas mélanger sexe et argent, je le respecterai sincèrement mais je ne pourrai dans ce cas organiser pour vous.

Je tiens à préciser :

qu’en club, les hommes paient

que sur la plupart des sites de rencontres, les hommes paient, vous aussi d’ailleurs.

Que chez d’autres organisateurs, les hommes paient aussi (posez vous la question de savoir qui à réellement payé la chambre d’hôtel, le buffet et les boissons.. ).

Et oui, rien n’est gratuit.

Encore une fois, je parle bien entendu d’organisations récurrentes et régulières de soirées, avec un lieu dédié et du temps consacré.

Hommes seuls :

En venant dans mes soirées, vous savez que vous payez non pas pour « baiser », mais pour participer à une soirée.

C’est clair, net et précis.

 

——

 

Tout cela peut choquer, et je le conçois parfaitement. Je respecte les personnes qui font tout gratuitement. Ce qui était la règle et la norme il y à 5 ans est devenu de nos jours l’exception.

A ma connaissance, il n’existe plus aucun organisateur de soirées libertines  (régulières j’entend) qui le fait gratuitement à l’année et qui régale pour tout le monde.

Tel organisateur, demande une participation aux frais sans gagner d’argent..; mais en gagne beaucoup grâce à son site où ses gang bangs sont mis en produit d’appel. Pire, exige un droit de cuissage sur madame, même s’il n’est pas à son goût; même s’il a des problèmes d’érection ce soir là, même s’il emmerde tout le monde et que, seul, les couples en question ne lui aurait même pas accordé un regard… Bref; j’organise, je m’impose, je baise… Voir d’ailleurs à ce sujet notre blog (pas mal de lecture) http://www.droitdereponse.fr/

 

Tel autre, ne demande rien, mais fait filmer toute la soirée pour la revendre là aussi sur son site.

Untel enfin et c’est encore pire que tout, se sert de sa femme pour « attirer » les hommes seuls, qui sauront que de toute façon, au pire, ils ne repartiront pas bredouilles et pourront se taper sa femme.

Dans n’importe quel cas, l’organisateur aura gagné sa vie. Quelle différence, je vous le demande ?

Chacun fait comme il le sent et je ne juge personne. Je demande à ne pas être jugé en retour.

 

Je constate juste que ce sont les mêmes censeurs que je retrouve soit en club (payant), soit chez d’autres organisateurs (payants là aussi). Où est leur cohérence ?

Ce milieu est minuscule, tout le monde se connait ou a entendu parler des autres. Les colporteurs de ragots (hommes essentiellement, qui se vendent au plus offrant, me fusillant le lundi et me suppliant de les prendre le samedi d’après) foisonnent et créent beaucoup d’animosités envers des organisateurs ne se connaissant même pas.

Z.

Laissez un commentaire