J’ai une profonde affection pour ce film.

Guillaume Gallienne, Niels Arestrup et enfin (surtout) Yvan Attal portent ce film au rythme lent (rare de nos jours).

La scène de la séance photo dans une église pour avoir le suffrage catho et l’échange qui s’en suit entre  Attal et Gallienne, magistral de fermeté et de froideur m’a beaucoup marquée, la capitulation du candidat me bouleverse à chaque foi fois.

Laissez un commentaire